Les types de domination

Domination
La chance, pour des ordres spécifiques, de trouver obéissance de la part d’un groupe déterminé d’individus

Tout véritable rapprt de domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un intérêt, extérieur ou intérieur, à obéir.

Toute domination sur un grand nombre d’individu requiert un état-major d’individus c-à-d la chance assurée d’exercer une action spécifique, instaurée pour réaliser ses ordonnaces générales et ses ordres concrets. Cette direction administrative peut être astreinte à obéir aux détenteurs du pouvoir par :

  • la seule coutume
  • des motifs purement affectifs
  • des mobiles idéaux

La nature de ces motifs détermine dans une large mesure le type de domination.

La croyance en la légitimité est toutefois nécessaire à cette dominance.

  1. Seul le résultat peut justifier le choix de ce point de départ de la distinction à l’exclusion de tout autre
  2. On ne doit pas qualifier de domination toute “prétention” garantie par une convention ou par une règle juridique
  3. La “légitimité” d’une domination peut aussi n’être considérée que comme la chance qu’elle a d’être, dans une mesure importante, tenue et pratiquement manipulée comme un tel concept
  4. L'”obéissance” signifie que l’action de celui qui obéit se déroule, en substance, comme s’il avait fait du contenu de l’ordre la maxime de sa conduite, et cela simplement de par le rapport formel d’obéissance, sans considérer la valeur ou la non-valeur de l’ordre
  5. Sur le plan strictement psychologique la chaîne de causalité peut sembler différente, elle peut en particulier consister en une “suggestion” ou une “intuition”
  6. Le domaine de l’influence à caractère de domination exercée sur les relations sociales et les phénomènes culturels est fondamentalement plus vaste qu’il n’apparaît au premier abord.
  7. Le fait que le chef et la direction administrative d’un groupement se présentent, quant à la forme, comme “serviteurs” de ceux qu’ils dominent n’est nullement une preuve contre le caractère de “domination”

Domination légale

Caractère rationel.

Croyance en la légalité des règlements arrêtés et du droit de donner des directives.

Direction administrative bureaucratique

Direction administrative se compose de fonctionnaires individuels qui sont :

  • Personellement libres
  • Dans une hiérarchie de la fonction solidement établie
  • Avec des compétences de la fonction solidement établies
  • En vertu d’un contrat
  • Nommés ou élus selon une qualification professionnelle révélée par l’examen, attestée par le diplôme
  • Payés
  • Traitent leur fonction comme unique ou principale profession
  • Voient s’ouvrir à eux une carrière
  • Travaillent totalement séparés des moyens d’administration
  • Soumis à une discipline stricte et homogène

La hiérarchie fonctionnariale élective n’a pas le même sens que la hiérarchie des fonctionnaires nommés.

La nomination par contrat est essentielle à la bureaucratie moderne.

L’étendue de la qualification professionnelle est en constante progression

La rétribution fixe est normale.

Domination traditionnelle

Caractère traditionnel.

Croyance quotidienne en la sainteté de traditions valables.

On n’obéit pas à des règlements, mais à la personne appelée à cette fin par la tradition ou par le souverain.

Légitimes :

  • En vertu de la tradition
  • En vertu de l’arbitraire du seigneur

Domination charismatique

Caractère charismatique.

Repose sur la soumission extraordinaire au caractère sacré, à la vertu héroïque ou à la valeur exemplaire d’une personne.

Charisme
Qualité extraordinaire d’un personnage, qui est, pour ainsi dire, doué de forces ou de caractèrs surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels ; ou encore qui est considéré comme envoyé par Dieu ou comme exemple et en conséquence considéré comme un “chef” (Führer).

La validité du charisme est décidée par la reconnaissance par ceux qui sont dominés, libre et garantie par la confirmation, née de l’abandon à la révélation, à la vénération du héros, à la confiance en la personne du chef.

Si la confirmation tarde à venir, son autorité charismatique risque de disparaître (Grâce divine).

Le groupement de domination est une communauté émotionnelle.

Le charisme est la grande puissance révolutionnaire des époques liées à la tradition.

Tagged with: , , , ,
Posted in Book Section, Economy and Organization, Leadership and Case Studies, M.Sc., Summaries
One comment on “Les types de domination
  1. G. Leclerc says:

    Hitler, le héros choisi des Allemands pour effacer le revers de la Première Guerre et redonner gloire et fierté à la nation, a pu exercer une triple domination sur le peuple allemand afin d’avancer ses objectifs.

    Qu’il soit question de sa domination légale née de son élection au poste de Führer ou de son appel à la tradition allemande, qui rêve encore à la gloire du « fatherland » et veut effacer toute trace d’échec et de honte, pour justifier ses actions en se basant sur la tradition culturelle, engendrant une légère domination traditionnelle. Sans oublier la plus importante, la domination charismatique du personnage, tant réelle que construite par la propagande, qui permet un succès important pour assurer l’approbation du peuple, ou au moins une faible résistance ouverte.

    Cette domination assurée sur trois facettes, légale, traditionnelle et charismatique, permit à Hitler d’aller vers ses objectifs avec très peu de résistance légitime. Sa propre légitimité étant largement issue de victoires politiques « sans effusion de sang », brillamment communiquées par une machine de propagande d’une efficacité impressionnante.

    Les nombreuses confirmations de la supériorité allemande face au reste de l’Europe à travers des victoires sans combats assurent une légitimité surprenante à Hitler et à ses projets aux yeux de son peuple.

    Mais encore?
    A priori, son rôle, héroïque ou démoniaque, nous porte souvent à oublier qu’une nation ne peut être efficacement contrôlée par un seul individu. Il n’est pas à lui seul l’Allemagne nazi, mais bien un symbole de et pour cette dernière.

    Ses talents oratoires incontestables, jumelés à une propagande martelant les objectifs, ont pu assurer une domination des ambitions allemandes en incitant sur ses objectifs et, surtout, en dénigrant les positions alternatives comme étant antipatriotique, une approche très prisée par tout leader d’une organisation chauviniste.

    Nombre d’hommes politiques avant lui, et depuis, ont su manier ces outils de manière à s’assurer une domination sur les pulsions de leur peuple, parfois avec des objectifs et résultats louables et parfois avec des résultats catastrophiques. Des succès populistes comme celui d’Obama à ceux dictatoriaux comme ceux des Castros.

    L’histoire écrite par les vainqueurs permet difficilement de porter un jugement neutre sur ces objectifs et résultats, mais il est toujours possible d’observer les méthodes utilisées afin de savoir les reconnaître et être moins susceptibles à une domination involontaire.

Leave a Reply

Currently in toolbox? 1...